Communautés sportives numériques

 

 

WEB@ANATOMIE

DU

MARCHÉ DU SPORT

 

2017  |  2020

 

 

Analyse proposée par le Professeur Alain LORET

Contact | sportsglisse@wanadoo.fr

 

 

Aujourd'hui, les décideurs, les journalistes, les sociologues mais aussi, parfois, les services marketing des marques sont en difficulté lorsqu'il leur faut définir avec précision et exhaustivité la véritable structure commerciale du marché sportif français. Le concept de Web Social Intelligence leur vient en aide.

 

    Comment ?

 

Pour répondre, il faut d'abord identifier les raisons de leurs difficultés. Stable depuis les années 1950, l'écosystème du sport s'est brutalement complexifié au cours de la décennie 1980. Cette complexité s'est ensuite accentuée dans les années 2000. Aujourd'hui, les choses sont simples : le sport français est quasi-illisible pour qui ne maîtrise pas un minimum de paramètres explicatifs. Le social média intelligence, c'est-à-dire une nouvelle capacité méthodologique d'approche des "communautés sportives" via le décodage systématique de leur présence sur les réseaux sociaux, est alors une aide précieuse qui renouvelle en profondeur la Sport Data.

 

Cela nécessite toutefois l'abandon d'une certaine vision issue du sport du XXe siècle.

 

La première chose à admettre est que la distinction fédérale classique par silos disciplinaires (athlétisme, natation, judo...) n'est plus opératoire. D'autres éléments interviennent dans le décryptage des transformations du sport contemporain. [1] Le système de valeurs propre à certaines grandes "catégories" sportives, [2] celui des leaders d'opinion, [3] les technologies exploitées par ceux que l'on nomme les early adopters, [4] l'expression des différentes "communautés sportives" identifiables via le Web Social, [5] les changements sociaux mais aussi [6] ceux de la démographie sportive,... ce sont là autant d'analyseurs considérés comme particulièrement fiables par les professionnels.

 

Une condition est nécessaire pour les exploiter de manière optimum : maîtriser les nouvelles méthodologies numériques d'une "Science de la donnée sportive" très récente issue du concept de Social Media Intelligence.

 

Reste que les matrices d'analyses complexes et les algorithmes propres à ce nouvel environnement Sport & Webmarketing qui, il faut le reconnaître, ne sont exploités en France (!) que par quelques agences et formations commerciales up to date, ne se dévoilent jamais en dehors de certains cercles très professionnels. Et pour cause ! Ils relèvent du "secret défense" car ils constituent le cœur de leur business modèle.

 

SWI se propose pourtant d'en dévoiler ici certaines conclusions. Nous allons en effet vous révéler les principales "Communautés sportives" qui constituent la base du Social Listening [l'écoute du Web Social] permettant à des marques d'identifier les tendances que des études marketing conventionnelles seraient incapables d'extraire de la masse de données disponibles sur le Web.  

 

L'objectif est d'offrir à chacun, notamment aux étudiants en management et marketing du sport, un nouvel outil de compréhension des marchés. Une sorte de revue des secteurs stratégiques.

 

Vous le constaterez, même si la simplicité prévaut [cette nomenclature n'utilise aucun jargon et revendique même un certain humour], elle permet néanmoins l'exploration de secteurs commerciaux inédits. Ils sont potentiellement porteurs de nouveaux services destinés à des sportifs oubliés par l'Etat et les fédérations ; certains depuis des décennies : les Silvers, les Traceurs, les Glisseurs, les IOTS ou encore les Haltérofilles (sic).

 

Vous êtes étonnés par ces substantifs ? C'est normal ! Ils ne sont jamais apparus sur les écrans radars du mouvement sportif...

 

La matrice à double entrée qui conclura cette présentation constitue donc le "cœur du réacteur" de cette nouvelle "Science de la donnée sportive" que beaucoup d'observateurs et d'acteurs du sport appelaient de leurs vœux. Vous le constaterez, elle autorise une analyse marketing totalement inédite des marchés du sport. En l'utilisant pour votre compte personnel, vous découvrirez qu'elle est capable de générer des pistes (très) originales conduisant aux pépites industrielles et aux startups sportives de demain.

 

 

 

LES COMMUNAUTES SPORTIVES

 

 

 

1 - LES IOTS

 

Les IOTS sont les plus prometteurs en termes de marchés futurs. Ils correspondent à l'extension récente [2010] du Web Social dans le sport. Sur-utilisateurs des IOT - Internet of Things ou Objets Connectés dédiés au sport -, ce sont eux qui produisent le fameux "minerais-source" aujourd'hui exploité par certaines agences de marketing sportif que l'on nomme la Data. A une condition toutefois : que celle-ci soit "Big". Pour cela on peut leur faire confiance. Les IOTS sont en effet de très gros consommateurs de réseaux sociaux. Ils ne peuvent pas faire un parcours de running référencé sur Strava, par exemple, sans qu'immédiatement leurs amis en profitent via leurs smartphones. Ils produisent donc de la "donnée massive" [Big Data] en quantité industrielle. Ce sont eux qui inventent actuellement les très prometteurs futurs services du Sport 3.0 dans la foulée de la fameuse Génération Y.

 

Leur attribut majeur ? Précurseurs - forcément ! -, ils tracent aujourd'hui les pistes technologiques de l'économie du sport qui vient. On les retrouve dans de très nombreuses activités : running, VTT, ski & snowboard, parkour, wingsuit,... la liste est longue.

 

Leur limite marketing ? L'infobésité ! Sans modèles d'analyses pointus basés sur des algorithmes complexes, il est strictement impossible de les comprendre.

 

Leur disruption sportive à venir ? Ils vont adorer les classements sportifs non certifiés par les fédérations conçus à partir de la technologie Blockchain.

 

 

2 - LES GLISSEURS

 

Les Glisseurs sont les très anciens précurseurs de la désintermédiation [aujourdhui, "Uberisation", ndlr] sportive institutionnelle. On regroupe sous cette dénomination l'ensemble des pratiquants qui rejettent le modèle sportif fédéral. Nés il y a 70 ans sur le spot de Torquay, au sud de Melbourne en Australie, ils sont identifiés en France par les sociologues dès le début des années 1970 au moment de la création des 100 kms de Millau. Ce sont alors des ex-soixante-huitards proches des écolos. Ils valorisent le Catalogue des Ressources, la proximité de la nature et plébiscitent les théories de Thoreau et les romans de Kerouac, notamment le livre "On the road" qui devait engendrer le concept de "Sport de Glisse". Si ces sources alternatives se sont progressivement affaiblies, ils se réfèrent toujours quelque part plus à des valeurs contre-culturelles qu'à des techniques sportives. C'est la raison pour laquelle, même si leur technique ne les conduit pas à glisser, les grimpeurs sont des Glisseurs au même titre que les surfeurs. Aujourd'hui, en termes de technologies numériques, ils sont plus iOS qu'Androïd. Mais cela pourrait changer.

 

Leur attribut majeur ? Un peu datés dans leur approche alternative du sport, les Glisseurs marquent aujourd'hui le pas. Leurs enseignes totémiques aussi. Pour autant, rien ne dit que cette situation est définitive. Ils pourraient bien revenir en grâce médiatique à la faveur d'un retour au sport vintage... On les retrouve dans toutes les pratiques sportives de pleine nature.

 

Leur limite marketing ? Ce sont des experts ! Or, une élite n'a jamais constituée un marché de masse. Pour vous en convaincre... | C'est géant ! > Cliquez.

 

Leur disruption sportive à venir ? La surexploitation des Cybersports en milieu urbain plus pour l'entraînement que pour le fun.

 

 

3- LES SILVERS

 

Les Silvers ont été identifiés récemment. Agés de 60 ans au minimum, ils correspondent à une communauté mixte, bien que majoritairement féminine, qui n'existait tout simplement pas en tant que marché sportif de masse il y a dix ans. Le concept-clé de "Vieillissement sain" qu'ils ont élevé au rang de credo a beaucoup surpris les milieux médicaux. Très logiquement, ils plébiscitent les sports de lenteurs au détriment des sports de vitesse et valorisent la découverte et l'exploration des sites plutôt que leur simple traversée dans un objectif de performance. Ce sont eux qui ont fait exploser le secteur commercial de la chaussure de marche. Connaissant leurs limites, ils cernent toujours leurs ambitions sportives. Ainsi, ils distinguent bien la marche nordique et le longe-côte du trekking et du running. Adeptes du sport-santé, ce sont probablement eux qui se connaissent physiquement le mieux et, pour cette raison, ils pourraient vite constituer un marché secondaire mais néanmoins prometteur des IOTS.

 

Leur attribut majeur ? "La démographie française étant sur le retour, leur avenir sportif n'est plus derrière eux" (sic). Ce point n'a pas échappé à des marques ciblant les seniors pourtant fort éloignées du marché du sport mais qui voit là un secteur de diversifications intéressant. On les retrouve dans tous les sports de plaisance.

 

Leur limite marketing ? Dans le contexte actuel du vieillissement de la population française, ils n'en ont pas.

 

Leur disruption sportive à venir ? Les fédérations refusant de les reconnaître en tant que "sportifs", ils constituent une cible de choix pour les startups proposant des services qui ubérisent les institutions.

 

 

4 - LES TRACEURS

 

Les Traceurs sont les héritiers du Parkour et du Freerun. Leur terrain de jeu est constitué de sites urbains ou naturels qu'ils cherchent systématiquement à transgresser. Capables de prouesses inimaginables par les "simples" gymnastes, par exemple, balisant des zones sportives jusqu'alors inconnues, jaloux de leur autonomie mais ne se déplaçant qu'en meutes, ils sont surtout des adeptes du beau geste et, pour cette raison, n'hésitent pas à qualifier "d'Art du Déplacement" les techniques qu'ils inventent. Leur communauté revendique ouvertement un système de valeurs structuré par des mots-clés comme contrôle, persévérance, méthode, confiance, liberté, tolérance, entraide. S'ils rejettent quelque chose ; c'est la compétition. Gros consommateurs d'images et de scénarisation de leurs exploits via YouTube, Vine ou Snapchat, ils sont une cible de choix pour les fabricants de drones de sport.

 

Leur attribut majeur ? Ce sont des leaders d'opinion. Ils ont un drôle de credo : "être pour durer". A ne pas confondre avec celui des Hell's Angels... même si cela est tentant : "Vivre vite, mourir jeune et faire de beaux cadavres". Cette communauté se décline dans TOUS les sports extrêmes non-balisés et non-sécurisé au sein desquels le danger est omniprésent [Hors-piste, Baston, Vide, Chute...].

 

Leur limite marketing ? L'intégrité physique des Traceurs et l'explosion de l'accidentologie.

 

Leur disruption sportive à venir ? L'élite sportive urbaine qu'ils constituent avec le Parkour, par exemple, rend totalement désuète la Fédération Française de Gymnastique incapable de les intégrer. Mais cela reste valable pour toutes les disciplines...

 

 

5 - LES HALTÉROFILLES

 

Les haltérofilles (sic) furent rejetées par un milieu sportif exclusivement masculin durant des décennies. Bannissant toute idée de "Jeux olympique femelles" (re-sic), Coubertin ne fut jamais tendre avec elles. Aujourd'hui, les femmes tiennent leur revanche. Mieux, elles constituent le marché du sport "classique" le plus prometteur tant ses marges de progression semblent importantes. Plébiscitant sans complexe toutes les disciplines, même les plus masculines, elles représentent une sacrée bouffée d'oxygène pour les marques qui, dès lors, les bichonnent. Il faut dire qu'elles leur permettent d'explorer des horizons commerciaux sous exploités chez les hommes. Un exemple ? De la mode à la nutrition, toutes les déclinaisons de la "musculation" sont boostées depuis qu'elles s'y adonnent en masse [d'où le nom donné à cette communauté !]. Leurs credos ? "La forme PAS les formes !" ; "Talons aiguille ET crampons alus !", pour reprendre des formules forgées par la sociologue Catherine Louveau. Cela donne un marché à multiples facettes que les grandes enseignes s'empressent de servir en rivalisant de créativité.

 

Leur attribut majeur ? Les réseaux sociaux sont leur cour de récréation. Elles s'y expriment massivement en usant d'un humour souvent décalé à l'image du blog francobelge "Ellesfontduvélo.com" dans lequel elles se qualifient de "cyclotes".

 

Leurs limites marketing ? Elles n'en ont pas vraiment même si elles représentent surtout un marché de Millennials JUB [Jeunes Urbaines Branchées ultra connectées] directement issu de la Génération Y.

 

Leur disruption sportive à venir ? D'une créativité débordante et fortes de l'enthousiasme des nouvelles converties [au sport], elles sont mûres pour toutes les aventures technologiques.

 

 

6 - LES LICENCIÉS

 

Les licenciés, contrairement aux autres communautés sportives, disposent d'un statut officiel : ce sont les "usagers" d'un service public. De fait, depuis le début de la 5ème République, le sport est un secteur éminemment politique qui relève en France des fonctions régaliennes de l'Etat. Pas sûr que ce soit un avantage. La communauté des licenciés se voit en effet proposer des services fédéraux dont les plus récents datent de quelques décennies. La raison ? Ayant reçu une délégation de mission de service public, une fédération sportive est une institution. Or, Une institution n'est jamais le moteur du changement social. Résultat : les fédérations éprouvent de grandes difficultés pour s'adapter aux transformations de l'écosystème sportif. Les services qu'elles proposent sont donc datés. Ce qui ne les empêche pas de licencier beaucoup de Français. Officiellement : 17 millions. En réalité, beaucoup moins car l'Etat ne comptabilise pas des sportifs mais des licences.

 

Leur attribut majeur ? Ils sont jeunes : moyenne d'âge 15 ans. Reste que ce ne sont pas eux mais leurs parents qui les inscrivent dans les clubs pour des raisons éducatives... qu'ils n'apprécient pas forcément. Ils font donc souvent contre mauvaise fortune bon cœur. Ce qui explique un turn-over préoccupant dans certaines fédérations comme le judo, par exemple. Plus grave, les licenciés sont massivement des "décrocheurs" dès qu'ils atteignent l'âge de 16 ans.

 

Leurs limites marketing ? Ils ne constituent intrinsèquement pas un marché solvable autonome.

 

Leurs disruption sportive à venir ? Lorsque les décrocheurs de 2016 seront adultes, ils risquent fort d'apprécier majoritairement les applis et plate-formes d'intermédiation sportives qui ubériseront le service public.

 

 

7 - LES SUPPORTERS

 

Avec les supporters nous quittons l'économie du "sport qui se pratique" pour l'économie du "sport qui se regarde". Ils composent deux groupes très différents : les spectateurs et les téléspectateurs. Pour autant, ces deux groupes bénéficieront bientôt de technologies de production et de consommation d'images identiques. Ce qui va changer beaucoup de choses ! En effet, via des stades connectés, les premiers se verront proposer un écran "à la place" qu'ils s'empresseront de coupler à leur smartphone pour exploiter des dashboards de big data. Ceux-ci leur seront proposés par des opérateurs spécialisés pour qu'ils profitent d'un "spectacle sportif enrichi". Quant aux second, ils utiliseront chez eux (!) des dispositifs multi-écrans appariés (!!) à des animations dédiées pilotées du bord des terrains (!!!). Cela fera d'eux des téléspectateurs pas si éloignés que cela du spectacle vivant se déroulant dans le stade. La distinction spectateurs/téléspectateurs s'estompera donc en partie. En termes marketing, elle sera en tous cas de moins en moins opérante. A détriment de la fréquentation des stades et des arénas ? Allez savoir !

 

Leur attribut majeur ? Ils sont habités par la passion...

 

Leur limite marketing ? ...ce qui les conduit parfois à ne pas être clairvoyants pour établir leurs stratégies de consommation qui peuvent s'avérer compulsives.

 

Leur disruption sportive à venir ? A une échéance d'une vingtaine d'années, les deux groupes pourraient bien plébisciter le même type de spectacle sportif mi réel mi télévisuel. En fait, devenu virtuel, il sera diffusé non plus par les... chaînes de télévision mais par les géants du Web [Facebook, Google, Apple, Twitter, Amazon...].

 

 

8 - LES E-SPORTIFS

 

Les E-sportifs, à la différence de toutes les autres communautés, ne pratiquent pas le sport dans le monde réel. Ils constituent une extension du dispositif concurrentiel propre aux événements sportifs hors de l'univers physique habituel. Branche hyper connectée du Sport 3.0, ils furent capables de construire un langage universel, c'est-à-dire s'imposant à l'échelle du monde, en quelques années. Une prouesse rendue possible par le Web 3.0. Leurs leaders sont jeunes et ultra professionnels. Ils vivent au cœur d'une économie sportive florissante qui a vu le jour officiellement en 1997 avec la création de la Cyberathlete Professionnal League [CPL]. Critiqués  - forcément critiqués ! - par les milieux sportifs traditionnels qui refusent de les reconnaître, ils expliquent que leur discipline emprunte pourtant aux échecs, au tir à l'arc, au ball-trap, aux courses automobiles et repose sur la tactique, l'analyse des situations de jeu et la précision. Bref, sur des critères identiques à ceux de nombreux jeux sportifs. Reste qu'ils ne convainquent pas. Ils n'en ont cure !

 

Leur attribut majeur ? Les foules impressionnantes de passionnés lors des événements CPL internationaux. En conséquence, l'afflux des sponsors.

 

Leurs limites marketing ? Ils n'en auront plus lorsqu'ils intégreront la famille olympique.

 

Leur disruption sportive à venir ? La Corée du Sud mise énormément sur eux. Quand son voisin chinois s'éveillera au E-sport, ce qui ne saurait tarder (!), plus aucunes limites tant sportives qu'industrielles et commerciales n'existera.

 

 

Vers une Science de la  Donnée Sportive...

 

INTRÉGREZ CES HUIT COMMUNAUTÉS

DANS  VOTRE STRATÉGIE DE MARQUE

 

 

Ne croyez surtout pas ceux qui vous diront le contraire... L'accès à la nouvelle science de la "Data Sport" ne relève pas d'une Intelligence Sportive hors-norme réservée à quelques décideurs. Tous les acteurs du sport sont en mesure de se l'approprier.

 

Jugez plutôt.

 

La simple description des Web Communautés qui structurent le marché français du sport ne présente en soi qu'un intérêt limité. Une fois depassé un sentiment de curiosité bien naturel, la question est de savoir à quoi cela sert. Depuis longtemps, SWI travaille sur la base d'une matrice d'analyse à double entrées simplissime mais qui présente pourtant un avantage déterminant : elle permet d'identifier 100% des Domaines d'Activités Stratégiques [D.A.S.] que recèle l'économie du sport. Nos lecteurs la connaisse maintenant sur le bout des doigts.

 

Il suffit donc de se livrer à un petit exercice : positionner chaque communauté dans un ou plusieurs D.A.S. correspondant à ses spécificités. De cette façon, nous obtenons 23 secteurs d'activités commerciales différents à l'intersection des lignes et des colonnes de la matrice. Soit le potentiel actuel et futur de l'économie du sport.

 

Il ne vous restera plus qu'à créer les applis spécifiques correspondantes pour entrer en relation avec les Communautés sportives ainsi identifiées.

 

A vous de jouer...

 

 

  SPORT QUI SE REGARDE SPORT QUI SE PRATIQUE SPORT QUI SE LABELLISE
SPORT 1.0 Stratégie 1 | • Supporteurs Stratégie 2 | • Licenciés

 Stratégie 3 | • Licenciés

                    • Supporteurs

SPORT 2.0

Stratégie 4 | • Glisseurs

                   • Traceurs

                   • IOTS

Stratégie 5 | • Glisseurs

                   • Traceurs

                   • Silvers

                   • Haltérofilles

                   • IOTS

Stratégie 6 | • Glisseurs

                   • Traceurs

                   • Silvers

                   • Haltérofilles

                   • IOTS

SPORT 3.0

Stratégie 7 | • E-sportifs

                   • IOTS

Stratégie 8 | • E-sportifs

                   • IOTS

Stratégie 9 | • E-sportifs

                   • IOTS

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN •••

 

 

 

1 - Gagnez beaucoup du temps ! Identifiez immédiatement les "Tendances Lourdes" qui structureront les marchés du sport des 10 prochaines années.

 

Cliquez >>> ICI...

 

2 - Anticipez les ruptures ! Bénéficiez d'un dispositif de conférences privées exclusivement dédié au Sport qui vient.

 

Cliquez >>> ICI...

 

3 - Optimisez vos lectures numériques ! Une exclusivité proposée par SWI Editions Numériques | Feuilletez des extraits choisis du e-Book de 700 pages "ANTICIPEZ LE SPORT DE DEMAIN".

 

Cliquez >>> ICI...

 

 

 

 

 

4 - La source ! Le livre qui a changé notre vision du sport en 1995.

 

 

 

IDENTIFIER | ANALYSER | PARTAGER

 

S W I

 

_______________________________________

 

 

 

 

 

 

SWI, Parc d'Activités Technologiques de La Vatine, 34 rue Raymond Aron, 76130 Mont Saint Aignan - France.

SWI 2012 - Mentions légales - Plan du site